Portrait de Star : le Monarque

Publié le 3 Septembre 2016

Portrait de Star : le Monarque

Aujourd’hui Bét à fé endosse la casquette et surtout le micro de journaliste. Elle part interviewer une des stars les plus adulées parmi les papillons de la famille des Nymphalidae, le monarque (Danaus plexippus).

Bonjour Mademoiselle Danae. Tout d’abord merci de m’accorder cette interview pour la rubrique people du magazine Star Bzz. Nos lecteurs aimeraient apprendre à mieux vous connaitre et comprendre ainsi les clés de votre succès.

D’une taille relativement imposante (8.6 à 12.4 cm), arborant de belles couleurs vives à la fois au stade chenille et au stade adulte, vous êtes d’une remarquable beauté. Pensez-vous que celle-ci soit à l’origine de votre succès ?

A l’origine, non je ne le pense pas. Nous avons en effet certaines particularités morphologiques qui nous distinguent de certaines autres espèces. Je reconnais par exemple que notre chenille bariolée de noir, blanc et jaune est plutôt amusante avec ses deux paires de filaments noirs. Nos ailes orange cernées de noir et ponctuées de taches blanches sont elles aussi attractives aux yeux des humains. Elles signalent cependant aux prédateurs notre toxicité. Cette particularité est issue d’une hygiène alimentaire très stricte. En effet, dès leur sortie de l’œuf nos chenilles dévorent les feuilles des plantes de la famille des asclépiadacées. Ces belles plantes à fleurs rouges et jaunes contiennent des composés toxiques. Notre chenille est capable de les déguster et devient ainsi elle-même non comestible pour les prédateurs.

Les fleurs de l’herbe à ouate, Asclepias curassavica

Les fleurs de l’herbe à ouate, Asclepias curassavica

Vous venez d’évoquer rapidement l’aspect que vous aviez lorsque vous étiez plus jeune, la forme de chenille. Pourriez vous expliquer à nos lecteurs un peu plus précisément comment s’est déroulée votre enfance et la véritable métamorphose qui l’accompagne.

Et bien j’avoue que j’ai eu beaucoup de chance. Je suis née au Prêcheur, dans une belle parcelle d’herbe à ouate (Asclepias curassavica) entretenu par un agriculteur/éleveur soucieux de maintenir notre espèce en Martinique. Ma mère avait donc l’embarra du choix pour pondre un à un ses œufs sur ces plantes. Sous la forme d’un petit œuf blanc je suis resté sous les feuilles pendant 4 jours. J’ai ensuite émergé sous la forme d’une toute petite chenille. Avec un appétit féroce j’ai dévoré toutes les feuilles qui se trouvaient sur mon passage afin de répondre à mes besoins phénoménaux en termes de croissance. Ainsi, en l’espace de 15 jours j’ai perdu 4 fois mon enveloppe (mue) pour devenir 200 fois plus grosse qu’à ma naissance. Ensuite est venue le doux temps de l’adolescence, attachée la tête en bas je me suis fabriqué mon cocon pour me transformer en chrysalide. Si vous saviez toutes les transformations morphologiques qui se sont opérées en moi pendant ces 15 jours durant lesquels je devenais adulte ! Contrairement aux apparences, ça n’était pas de tout repos ! Finalement j’ai réussi à m’extraire de cette enveloppe et à déployer mes ailes pour partir à la découverte de la Martinique. Durant de nombreuses semaines, j’ai pu voir du paysage !

L'oeuf du Monarque et ses chenilles aux différents stades larvaires
L'oeuf du Monarque et ses chenilles aux différents stades larvaires

L'oeuf du Monarque et ses chenilles aux différents stades larvaires

La transformation de la chenille en chrysalide puis en papillon

La transformation de la chenille en chrysalide puis en papillon

Vous êtes en effet un grand sportif très endurant connu pour vos exploits de coureur de fond, quel est votre record personnel ?

Oh la la, mon record personnel est bien modeste comparé à celui de mes confrères américains capables de parcourir jusqu’à 4000 km pour passer l’hiver au chaud dans les montagnes du Mexique ! (Pour en savoir plus voir l’article de l’OPIE). Contrairement à eux qui voyagent sur de longues distances, nous, les Monarques martiniquais sommes sédentaires et donc très attachés à notre petite île que je ne quitterai pour rien au monde !

 

Portrait de Star : le Monarque

Merci beaucoup d’avoir apporté toutes ces précisions à nos lecteurs, grâce à cela ils vont un peu mieux vous connaitre, vous restez toutefois très mystérieuse à nos yeux, on dit de vous que vous avez de nombreux secrets…

Je vais raconter une histoire à vos lecteurs et ainsi leur révéler « comment les papillons apprirent à voler ». Dans les temps anciens, aucun animal ne savait voler. Nos ancêtres rampaient au sol et, bien que magnifiques, ils étaient peu observés par les hommes qui regardaient droit devant eux en marchant. A cette époque, une femme du nom de « Fleur de printemps » avait eu une vision. Des créatures volantes aux couleurs de l’arc en ciel lui avaient donné le pouvoir de guérir. Ainsi toujours accompagnée des créatures rampantes multicolores elle dispensa toute sa vie sa gentillesse, sa joie de vivre et ses soins à tous ceux qu’elle croisait. Au moment de mourir, une des créatures rampantes aux couleurs de l’arc en ciel lui murmura à l’oreille « maintenant que tu vas rejoindre le grand esprit, comment feront nous pour continuer à soigner les hommes ? Il faut que tu nous aides et nous donne le pouvoir de voler ainsi les hommes pourront nous remarquer » La vieille femme promit d’essayer. A la fin de son enterrement, on vit sortir de sa tombe des créatures ailées aux couleurs de l’arc en ciel. Depuis ce temps-là les papillons sont toujours avec les hommes, éclairant l’air de leur vie et de leur beauté. Ainsi si vous voulez que votre souhait se réalise, vous n'avez qu'à le souffler au papillon. N'ayant pas de voix, il ira porter votre souhait au ciel jusqu'au grand Manitou, où il sera exaucé. [adapté de la légende amérindienne "La Roue de Medecine" de Sun et Wabun Bear]

Quelle belle légende ; merci de l’avoir partagé avec nous. J’ai été, ainsi que tous nos lecteurs très honorée de rencontrer un papillon tel que vous ! Professeur dans des kits pédagogiques, actrice dans des évènements (mariages, baptèmes... www.danauspro.fr), compagne ponctuelle d’une balade ou amie quotidienne des jardins (cf donnons des ailes à nos jardin) vous êtes vraiment une espèce aux multiples facettes qui nous réserve encore bien des surprises ! Je souhaite donc à tous nos lecteurs qu’ils aient eux aussi la chance de vous croiser pour leur plus grand bonheur !

Découvrez des monarques pour vos événements : www.danauspro.fr (Photo M. Kromwell)

Découvrez des monarques pour vos événements : www.danauspro.fr (Photo M. Kromwell)

Rédigé par Bèt à fé

Publié dans #Lépidoptères

Repost 0
Commenter cet article