Des rubis sur la plage

Publié le 15 Novembre 2014

Au cours d’une de ses balades, Bèt à fé a fait une belle découverte. Voici son récit :

L’autre jour, après avoir volé tranquillement entre les bois et la mangrove, me voilà arrivée sur une plage de Sainte-Luce. Impossible d’aller plus loin, la mer se trouve devant moi et Sainte-Lucie me paraît bien loin pour ma petite taille, je ne me lancerais pas dans le périple de la rejoindre ce jour-là ! M’apprêtant à repartir, mon regard a été attiré par de nombreux points rouges sur la plage. Etait-ce des rubis ? Pourquoi les humains ne les ramassent pas, eux qui aiment tant les pierres brillantes?

Sur une plage, des petits rubis disséminés dans le sableSur une plage, des petits rubis disséminés dans le sable

Sur une plage, des petits rubis disséminés dans le sable

Et non, c’était des insectes, tout comme moi !

Une jeune punaise avec ses ailes qui ne sont pas encore formées (à gauche) et une femelle adulte au ventre gonflé par ses oeufs (à droite)Une jeune punaise avec ses ailes qui ne sont pas encore formées (à gauche) et une femelle adulte au ventre gonflé par ses oeufs (à droite)

Une jeune punaise avec ses ailes qui ne sont pas encore formées (à gauche) et une femelle adulte au ventre gonflé par ses oeufs (à droite)

Je suis allée leur parler :

- Bonjou Manzel et Misié, qui êtes-vous ?

- Les humains nous appellent Dysdercus delauneyi. Nous sommes des punaises, tout comme les Bet-patat ou les punaises vertes.

- Que faites-vous ici ?

- Nous vivons sur cette plage car nous y trouvons notre nourriture : nous consommons la sève et les graines des plantes.

- Même la sève du mancenillier ?

- Oh que non, celle-là est toxique ! Nous aimons la sève et les fruits des Malvacées : le coton, le gombo, et sur cette plage, c’est le catalpa qui nous offre le repas ! C’est pourquoi on peut souvent nous trouver sur cet arbre ! Nous piquons les feuilles avec notre rostre pour y récupérer la sève. Nous nous attaquons aussi aux graines tombées à terre.

Le catalpa (Thespesia populnea) et ses graines (en haut); une jeune punaise piquant une feuille avec son rostre et un attroupement de jeunes punaises sur une graine (en bas)Le catalpa (Thespesia populnea) et ses graines (en haut); une jeune punaise piquant une feuille avec son rostre et un attroupement de jeunes punaises sur une graine (en bas)
Le catalpa (Thespesia populnea) et ses graines (en haut); une jeune punaise piquant une feuille avec son rostre et un attroupement de jeunes punaises sur une graine (en bas)Le catalpa (Thespesia populnea) et ses graines (en haut); une jeune punaise piquant une feuille avec son rostre et un attroupement de jeunes punaises sur une graine (en bas)

Le catalpa (Thespesia populnea) et ses graines (en haut); une jeune punaise piquant une feuille avec son rostre et un attroupement de jeunes punaises sur une graine (en bas)

Une Dysdercus adulte piquant un fruit de catalpa pour se nourrir

Une Dysdercus adulte piquant un fruit de catalpa pour se nourrir

- Et vous restez sur cette plage toute l’année ?

- Oui, le catalpa nous offre aussi un abri pour nous et nos enfants. Regarde, l’écorce du tronc nous permet de nous regrouper et nous protéger.

- En tout cas, les humains doivent bien vous en vouloir, d’avoir votre maison les pieds dans l’eau !

- Oui, mais ils leur arrivent de couper les catalpas car ils estiment qu’ils voient moins la mer depuis leurs propres maisons ! Ils détruisent les nôtres qui abritent aussi d’autres espèces d’animaux, alors qu’ils devraient être contents d’avoir ces arbres car leurs racines retiennent le sable de la plage, ils peuvent se mettre à l’ombre de leurs feuilles et y accrocher leur hamac.

- Et pourquoi êtes-vous rouge ? Tout le monde vous voit de loin !

- C’est pour indiquer à ceux qui veulent nous attaquer que nous ne sommes pas bons à manger. Mais nous sommes totalement inoffensifs pour les humains !

- Merci pour toutes ces informations les amis, je n’hésiterais pas à revenir vous saluer la prochaine fois que je passerai sur une plage !

Une très jeune punaise de quelques millimètres de long et une jeune punaise en équilibre (en haut); un mâle et une femelle s'accouplant et un rassemblement de jeunes dans l'écorce du tronc d'un catalpa (en bas)Une très jeune punaise de quelques millimètres de long et une jeune punaise en équilibre (en haut); un mâle et une femelle s'accouplant et un rassemblement de jeunes dans l'écorce du tronc d'un catalpa (en bas)
Une très jeune punaise de quelques millimètres de long et une jeune punaise en équilibre (en haut); un mâle et une femelle s'accouplant et un rassemblement de jeunes dans l'écorce du tronc d'un catalpa (en bas)Une très jeune punaise de quelques millimètres de long et une jeune punaise en équilibre (en haut); un mâle et une femelle s'accouplant et un rassemblement de jeunes dans l'écorce du tronc d'un catalpa (en bas)

Une très jeune punaise de quelques millimètres de long et une jeune punaise en équilibre (en haut); un mâle et une femelle s'accouplant et un rassemblement de jeunes dans l'écorce du tronc d'un catalpa (en bas)

Rédigé par Bèt à fé

Publié dans #Hétéroptères

Repost 0
Commenter cet article

pascal 02/07/2015 00:09

Comment les détruire en cas d'invasion du jardin?

Bèt à fé 03/07/2015 01:17

Elles sont inoffensives et ne causent en principe pas de désagréments, il n'est donc pas utile de les détruire.